Toutes les fiscalités des livrets d’épargne


Fiscalité livret épargne

Fiscalité livret épargne : Les placements exonérés d’impôts


Seuls les livrets réglementés sont exonérés d’impôts. Les intérêts générés par le Livret A (Livret A de La Poste, Livret Bleu du Crédit Mutuel, Livret de Caisse d’épargne), le Codevi, le Livret d’épargne populaire (LEP) soumis à condition de ressources, le Livret Jeune, le Compte et Plan d’épargne logement (CEL et PEL) ne sont pas soumis à l’impôt. Il est inutile de déclarer les intérêts sur ces comptes épargne.

Attention : le CEL et le PEL ne sont par contre pas exonérés de prélèvements sociaux (automatiquement prélevés par votre banque).

A l’ouverture de votre compte épargne, vous devez choisir l’option fiscale pour votre placement, soit prélèvement libératoire forfaitaire ou soit une imposition sur vos revenus (barème de l’impôt).


Fiscalité livret épargne : Le prélèvement libératoire forfaitaire (PLF)


Le prélèvement libératoire forfaitaire (le PLF), permet de s’acquitter de l’ impôt dû sur les revenus des placements bancaires, il remplace dans ce cas, l’impôt sur le revenu à barème progressif. Il est forfaitaire car son taux ne dépend pas du revenu global du contribuable. Il est fixe par type de placement. Il est libératoire car il n’est pas intégré à l’impôt sur le revenu (mais il faut quand même le déclarer).

Le PLF est perçu par la banque au même moment que le paiement des intérêts. La banque le reverse ensuite intégralement au Trésor Public.

Vous avez la possibilité de changer de votre choix d’imposition, tout au long de l’année. Pour ce faire, il suffit de faire un courrier auprès de votre banque afin de lui indiquer votre changement. Certaines banques en ligne permettent même de faire ce changement sur Internet.

Le PLF est obligatoire dans plusieurs cas :
Intérêts de placement à revenu fixe pour les personnes non résidentes (au sens fiscal) en France, intérêts de placement étranger à revenu fixe pour les résidents français, revenus des bons du Trésor, de la Poste ou du Crédit Agricole.


Prélèvement libératoire : Hausse du taux en 2008


L’imposition des intérêts des livrets bancaires passe de 16 à 18% en 2008, amenant ainsi le prélèvement libératoire forfaitaire de 27 à 29%, en ajoutant les prélèvements sociaux.

Fiscalité livret épargne : Comment choisir entre le prélèvement libératoire et le barème de l’impôt ?

Pour savoir lequel du prélèvement libératoire ou du barème de l’impôt est le plus avantageux, il faut faire ses comptes en retenant le taux maximum d’imposition sur le revenu auquel on est soumis, revenus de placements compris. Ainsi, si la tranche imposable la plus élevée du revenu relève d’un taux supérieur à celui du prélèvement, celui-ci sera, à coup sûr, avantageux. Dans le cas contraire, il sera préférable d’inclure les revenus des placements dans le revenu global.